LE DEBAT : une info en ligne sans valeur ?

Publié le par blog-high-tech

Andrew Keen contre Emily Bell

« Le culte de l’amateurisme ». C’est le titre du dernier ouvrage d’Andrew Keen qui pour s’en prendre à l’émergence d’une prise de parole par tous n’y va pas par quatre chemins. Sa thèse est que la créativité, la qualité des contenus sur Internet, n’a pas suivi le bond technologique offert par le Web. « Internet tue notre culture », en conclut-il.

« Les medias traditionnels sont détruits », ils avaient bien besoin « d’un coup de pied aux fesses », mais la conséquence « que les journalistes soient virés et que les artistes ne puissent plus vivre » est pour lui une catastrophe bien loin de « la vie rêvée d’Internet» que les géants du Web font avaler au grand public. « Le problème des utopistes de l’Internet est qu’ils ne comprennent pas qu’Internet ne remplacera pas la vie réelle. Second Life n’est pas la vraie vie», assène-t-il, tenant parfaitement son rôle de misanthrope 2.0.

Emily Bell, du quotidien britannique the Guardian, est là pour lui tenir tête. Elle représente les gatekeepers, gardiens de l’information en ligne qui produisent des contenus de qualité et ont pour mission de « filtrer » les contenus produits par les anonymes sur le Web. Seul problème : aux dires même d’Andrew, « Emily fait très bien son boulot et le Guardian est un modèle de traitement de l’information en ligne ». Pas donc d’étripage en vue.

Quant à Emily, elle se veut modeste en soutenant que ce n’est pas le Guardian qui va révolutionner le fonctionnement du Web et que les producteurs de contenus auront toujours un déclic de retard sur la technologie. Le journaliste en ligne peut survivre en se pliant aux règles de l’interactivité et «accepter de faire des erreurs à condition qu’il les corrige dès qu’il s’en rend compte. »

Le combat de gladiateurs attendu n’a donc pas eu lieu et Andrew, qui en a visiblement marre du Web, n’en parlera pas dans son prochain ouvrage. Le débat finit même par un tendre hug entre les participants. Le Web est tellement calin...

Publié dans bloghightech

Commenter cet article

gef 30/12/2007 11:14

Bonjour,Quand on écoute votre podcast sur le recyclage des galettes de slicium, on se demande s'il y a de la valeur : le polissage des galettes pour reutilisation a plus de 20 ans (j'ai travaillé pour le société MICROPOLISH prés de MARSEILLE dans les années 80).Le marketing marche très bien comme piège à journalistes, même et surtout pro ! On parle que des produits pour leur qualité, jamais pour les limites et défauts.A quand le MIX entre journalistes pro et Experts ou amateurs connaissants les produits : nous aurions une info traitée par un pro mais disposants d'avis multiples et pas seulement en provenance de l'attaché de presse d'un constructeur ou d'un autre média...Sinon, Cédric INGRAND me semble particulièrement compétent parmis ses semblables, l'un des meilleurs à mon avis. Il peut se laisser avoir mais est assez précis (quoi que un peu trop vif justement, ses commentaires très courts sur les propos des invités peuvent induire en erreur, par exemple, TOMTOM ne propose pas encore de logiciel à affichage 3D, je crois que c'était un projet).